le cuir est notre univers

Comment choisir son cuir

De par son origine animale, l’utilisation du cuir remonte aux origines de l’humanité.

En ce temps-là, ils n’avaient pas d’autre choix que de se vêtir de la sorte. A présent, posséder du cuir que ce soit en guide de vêtement ou pour de la maroquinerie devient signe d’élégance et de style quand celui-ci est de qualité.
Le cuir est une matière noble de la confection. Alors que ce soit dans les grandes marques ou chez les plus grands designers du luxe comme, les vêtements et accessoires faits de cuir sont souvent les plus beaux, les plus prisés et… les plus chers aussi.

Néanmoins, le prix ne suffit pas à en déterminer la qualité car il devient possible de rencontrer des qualités de cuirs aléatoires.

Comment comprendre le « langage » du cuir ? Quels sont les variétés que l’on peut trouver et par quelle méthode les reconnaître ? Comment évaluer la qualité du cuir ?

Tant de questions auxquelles nous allons répondre dans ce guide de choix du cuir.

Pour commencer, nous allons vous expliquer les différents types de cuir pour vous aider tout d’abord à comprendre la différence entre les variétés.

Tout d’abord, il faut savoir que le cuir se divise en deux grandes catégories
– Les animaux à poils : parmi lesquels l’agneau, le veau, le mouton, la chèvre, la vachette, le buffle, le chamois, le daim et l’antilope.
– Les animaux exotiques : Dont principalement le crocodile, le poisson, le serpent etc.

Comment est travaillé le cuir ?

Le fait de récupérer la peau d’ un animal ne signifie pas avoir obtenu du cuir, d’autres étapes de traitement de la peau sont nécessaires à l’obtention du résultat.
Vous constaterez que dans nos produits, nous parlons souvent de « pleine fleur », cela signifie que l’on conserve toutes les couches de la peau.
Vous pourrez également trouver les termes « fleur » lorsqu’on en retire la couche supérieure, et enfin « croûte de cuir » lorsqu’on ne garde que les couches inférieures (le derme) moins solides, et aussi les moins belles.

Pour information, une fois que la peau est récupérée sur l’animal (on dit que c’est de la « peau fraiche »), celle-ci est salée (ou séchée) pour en éliminer l’eau, mais à ce stade, celle-ci est encore une peau. Elle est stockée jusqu’au début du tannage sous forme de « peau brute ».

IMG_0593

Le tannage commence à partir cette peau brute par le « Travail de rivière »

Ce travail consiste a éliminer les poils, graisses et résidus pour pouvoir commencer le tannage proprement dit.Après ce travail de rivières commence le tannage proprement dit.

Le tannage permet de rendre la peau imputrescible, résistante et plus souple que la peau séchée.

Pour cela, il faut tremper la peau dans des « Tanins ».

Il en existe deux sortes:
– Tanin minéral: Celui-ci peut s’effectuer à partir de sels d’aluminium, d’alun ou de chrome. Ils donnent les meilleurs résultats cependant, Les produit utilisés nécessitent des précautions  et un traitement des eaux usées spécifique.
Les normes européennes sont les plus strictes au monde (notamment en France) concernant le tannage minéral, et garantissent un beau cuir et une sécurité environnementale maximum.

– Tanin végétal : Dans ce cas, le traitement est souvent plus long, Le cuir est plus rigide et demande un travail d’assouplissement important. C’est le tanin végétal qui donne cette couleur caramel caractéristique du cuir « naturel »

C’est maintenant bon, le cuir est prêt à l’emploi, ou presque ! Il reste tout de même une étape ultime qui est « le finissage ». C’est grâce à cette étape que vous pourrez acheter votre sac en cuir rouge ou encore votre portefeuille blancs à motifs. En effet, on y donne à la peau sa couleur, son aspect et sa texture.

Comment reconnaître un simili cuir lors de vos achats?

Voici les premiers points les plus simples à prendre en compte:

Utilisez votre odorat
Le premier point est le plus simple et le plus rapide, l’odeur !
Dans le cas d’un simili cuir, vous ne trouverez aucune odeur. C’est donc assez facile de reconnaître le vrai cuir à l’odeur.
Car, comme tout le monde le sait, le cuir a sa propre petite odeur particulière. La vraie bonne odeur du cuir !
Enfin le plus souvent: il arrive que la coloration lors du tannage atténue franchement l’odeur du cuir.

L’aspect visuel
Exception faite pour ce qui est de l’agneau, si la matière du sac ou du vêtement que vous comptez acheter a un grain un peu trop lisse, trop régulier et si l’aspect parait faussement brillant, il y a des chances pour que ce soit une imitation de cuir.

Toucher le cuir
Appuyez sur la surface de la peau. Si celle-ci est collante et rugueuse, cela peut signifier que le cuir n’est pas authentique. A l’inverse, si la surface est glissante et lisse, cela indiquerait que le cuir est vrai.
Il est également possible de gratter la surface avec votre ongle par exemple, si vous constatez qu’une fine pellicule se détache, cela signifie forcément que ce n’est probablement pas du cuir.

Petit plus : Pour savoir si vous êtes face à un véritable cuir aniline (ce qui implique donc une très belle matière première comme un cuir d’agneau ou de veau plongé ),.
Vous pouvez effectuer un test simple : placer une goutte d’eau (propre bien sûr) sur un des endroits peu visibles du cuir et puis vérifiez si celle-ci est absorbée par le cuir : la correction ou la pigmentation d’une peau ralentira ou même empêchera une absorption de l’eau. Ce point est très fiable.
L’étirer et le tordre
Si vous pouvez examiner la peau, essayez d’ étirer la peau vers le haut et vers le bas puis de gauche à droite, le cuir à des fibres orientées ce qui lui permet de se déformer plus dans une direction que dans l’autre.

Le nombre de couches
De par sa caractéristique animale, le cuir véritable ne possède qu’une seule couche, la peau elle-même. Alors que le cuir d’imitation, a généralement trois couches. Pour certains vêtements par exemple : Une doublure en imitation cuir, une autre couche de mousse mince, et enfin une couche de tissu. Si vous pouvez le vérifier, vous ne devriez pas vous tromper à ce sujet.
L’uniformité
Le simili cuir est en général texturé avec un motif très régulier du grain. Un cuir véritable (en pleine fleur) aura un grainage variable qui reprends les rides naturelles de l’animal.

Épaisseur de la peau
Savoir évaluer l’épaisseur d’un cuir vous permettra principalement de distinguer les différents types. Vous serez par exemple en mesure de différencier un cuir d’agneau d’un cuir de buffle.
Ce n’est pas à proprement dit un critère de qualité mais reste un point important à prendre en compte. Ne négligez pas non plus l’épaisseur.

Reconnaitre un cuir est difficile, même un professionnel peut avoir du mal à différencier un simili cuir d’un cuir véritable.
Sauf a pouvoir démonter l’article pour bien examiner a matière.
C’est pour cela que les règles étiquetages sont très strictes: Je vous connaitre ces règles, Je clique ICI!

A vous de jouer maintenant.

Alain, ami maroquinier, m'a fait découvrir le monde du cuir en 2008. Depuis le cuir et mon métier sont intimement liés, d'abord en tant que E-commerçant, et depuis 2012, en tant que fabricant de mes propres articles. Côtoyer nos artisans maroquiniers au quotidien est un plaisir sans cesse renouvelé. C'est ce plaisir là, véritable, que je souhaite partager avec vous.

Laisser une réponse

*

captcha *