le cuir est notre univers

La trempe : réhydratation des peaux

Comme nous l’avons vu dans l’étape précédente, les peaux sont reçues taillées à l’étape de reverdissage (ou trempage). Il s’agit de la deuxième manipulation de la rivière qui tend à préparer les peaux au tannage. Ici, le but est de redonner l’eau perdue par les étapes de conservation des peaux animales fraîches.

Qu'est-ce que le reverdissage ?

Foulon utilisé pour le reverdissage il y a plusieurs années.
Source : http://www.museeducuir.org/machines.htm

La conservation des peaux avant retaillage

Avant de retailler les peaux, celles-ci doivent être conservées afin d’être envoyées en lots. Cependant, les peaux animales brutes on tendance à se putréfier assez rapidement. Cela a pour effet de détériorer la peau, mais aussi de véhiculer des maladies. Afin d’éviter ce phénomène, on sale les surfaces grâce à du gros sel. C’est grâce à un processus physique (l’osmose) que l’eau va être évacuée des peaux. Ainsi, elles deviennent beaucoup moins souples et ne pourrissent pas.

Le reverdissage : rendre aux peaux leur souplesse

Après rognage, les peaux sont reçues au reverdissage. C’est une étape qui a pour but d’hydrater les futurs cuirs afin de leurs redonner une souplesse indispensable. Pour ce faire, on trempe la peau dans des cuves remplies d’eau claire pendant quelques heures. Cela a pour effet d’imbiber les peaux sèches d’eau, de les faire gonfler et de les assouplir.

La technologie et le reverdissage

Il y a longtemps, on utilisait des cuves en bois manuelles pour tremper les peaux. On y ajoutait l’eau ainsi que les cuirs à la main avant de faire tourner l’engin. C’est à la façon d’une lessiveuse que l’eau pouvait pénétrer au sein des peaux.

Aujourd’hui, le reverdissage est automatisé. On utilise des séries de cuves circulaires actionnées par des machines. Les programmes permettent de sélectionner la température de l’eau ainsi que le temps de trempage. Cela permet d’augmenter les productions et de créer plus de cuir.

Les autres étapes de rivière