le cuir est notre univers

Quel prix les portefeuilles cuir vont ils atteindre ?

Difficile de travailler le cuir en ce moment, les cours du cuir ne font que monter et pourtant les ventes de produits finis sont en baisse, et la concurrence est féroce, l’économie du cuir et crise oblige.

Si l’on écarte le domaine de grand luxe (Vuitton, Hermès, …) qui ne connait pas la crise lui, le phénomène devient préoccupant pour les maroquiniers français.

Pourquoi le cours du cuir a un tel impact ?

L’explication de ce paradoxe est donnée par le niveau de consommation de viande, en effet la viande est de moins en moins consommée (- 30% en 20 ans pour le veau par exemple – source Ministère de l’agriculture) et donc les peaux brutes se raréfient.

Dans le même temps les usines du monde (Chine et autres pays à la main d’œuvre low cost) sont de gros consommateurs de cuir, pour l’export mais surtout et de plus en plus pour leur usage interne.

Dans l’article de 20Minute.fr « Moins de peaux mais toujours plus de sacs à main: le paradoxe du cuir français »  Pascal Pavani (AFP) nous explique ce paradoxe du point de vu des maroquiniers du luxe, l’article est très détaillé et précis.

La pénurie de matière première pousse les professionnels à passer des marchés à prix élevés sur des productions futures, les peaux sont commandées avant même que les bêtes ne soient nées, et ce par troupeaux entiers.

La machine qui mesure le cuir

Cette machine sert à mesurer la surface du cuir, c’est cette surface qui lui donnera sont prix, avec la qualité de la peau brute du travail réalisé par le tanneur et les finisseurs.

Tout cela s’inscrit aussi dans une démarche de longue date où les pays producteurs de peaux ont depuis les années 80 limité les exports de peaux brutes afin de conserver la valeur ajoutée de la transformation et les emplois qui vont avec dans le pays (Inde et Pakistan notamment pour l’ovin).

La France reste un gros importateur de peaux brutes, nous avons importé par moment près de la moitié des peaux mondiales (en ovin) pour en faire le tannage et la finition, cela reste un savoir-faire français de haut niveau, bien qu’assez méconnu du grand public, dommage !
Ces peaux de cuir sont majoritairement exportées ensuite, les meilleures sont conservées pour le luxe et les maroquiniers français.

Reste que la consommation mondiale de viande est en croissance continue comme le montre une étude très complète du CTC (Centre Technique du Cuir).

On peut espérer que cette consommation en hausse amène un équilibre sur les marchés et que cette matière noble, durable et renouvelable qu’est le cuir, puisse être accessible pour tous.

Pour en savoir plus, découvrez notre portefeuille cuir pour homme.