Contact : 05 63 57 57 02 ou par E-mail

la rue des artisans

Le super Blog

Une fois le tannage réalisé sur les peaux, il est nécessaire de les débarrasser de l’eau qu’elles ont emmagasinée. Pour cela, il est important de sécher le cuir lors de l’étape de séchage au sein de la fabrication du cuir. On dénombre alors deux méthodes de séchage : à l’air libre et en étuve.

La méthode du séchage

Une peau imbibée d’eau ne peut pas être vendue en tant que cuir. Il est donc nécessaire de la sécher afin qu’elle prenne une forme exploitable. Voilà pourquoi des étapes d’évaporation de l’eau sont nécessaires. Pour ce faire, on utilise de la chaleur sous plusieurs formes.

Le séchage à l’air libre

Le séchage à l’air libre est la méthode qui était utilisée dans l’ancien temps, lorsque nos machines n’existaient pas encore. C’est une pratique simple qui consiste à étendre les peaux à l’air libre.

Désormais, on utilise ce procédé essentiellement pour les cuirs qui ne supportent pas la chaleur (notamment les peaux tannées en végétal).

Il faut savoir qu’il s’agit d’une étape relativement longue et qui dépend de la quantité d’eau présente dans la peau, mais aussi de l’environnement où est pendu le cuir. Ainsi, le séchage ne prend que 24 h en été, et jusqu’à deux semaines par temps plus frais.

Le séchage en étuve

La deuxième méthode est beaucoup plus efficace. En effet, le séchage s’effectue en une demi-journée.

Pour ce faire, on utilise une étuve. Il s’agit d’une sorte de four dans lequel sont placées les peaux humides. De l’air chaud est renouvelé à l’intérieur du compartiment faisant s’évaporer l’eau. Il est à noter que la température de l’étuve est réglable en fonction des cuirs.

Les trop fortes chaleurs peuvent détériorer certaines fibres (voir séchage à l’air libre). Bien entendu, le séchage en étuve permet de traiter plus de peau ce qui a pour effet d’augmenter le rendement.

Continuer la lecture